Le programme TEPCV

Le programme TEPCV signifie « Transition à Energie Positive pour la Croissance Verte ». Initié par l’Etat, ce programme  est contractualisé avec le Pays A3V et le Parc naturel régional du Verdonp1010009

Un territoire à énergie positive pour la croissance verte (TEP-CV) est un territoire d’excellence de la transition énergétique et écologique. La collectivité s’engage à réduire les besoins en énergie de ses habitants, des constructions, des activités économiques, des transports, des loisirs. Elle propose un programme global pour un nouveau modèle de développement, plus sobre et plus économe.

Six domaines d’action sont prioritaires dans ces territoires

  • La réduction de la consommation d’énergie : par notamment des travaux d’isolation des bâtiments publics, l’extinction de l’éclairage public après une certaine heure…
  • La diminution des pollutions et le développement des transports propres  : par l’achat de voitures électriques, le développement des transports collectifs et du covoiturage…
  • Le développement des énergies renouvelables  : avec par exemple la pose de panneaux photovoltaïques sur les équipements publics, la création de réseaux de chaleur…
  • La préservation de la biodiversité : par la suppression des pesticides pour l’entretien des jardins publics, le développement de l’agriculture et de la nature en ville….
  • La lutte contre le gaspillage et la réduction des déchets : avec la suppression définitive des sacs plastique, des actions pour un meilleur recyclage et diffusion des circuits courts pour l’alimentation des cantines scolaires….
  • L’éducation à l’environnement  : en favorisant la sensibilisation dans les écoles, l’information des habitants…

 

Au premier semestre 2016, l’Etat a ainsi financé sur le territoire du PNR du Verdon et du Pays A3V 16 opérations de rénovation énergétique de bâtiments publics (écoles, mairies, gîtes communaux, crèches…) et de rénovation de parc d’éclairage public. Ces opérations ont mobilisé 500 000 euros de subvention de l’Etat.

Au second semestre 2016, une seconde « salve » d’opérations est en cours d’élaboration et devrait faire l’objet d’une contractualisation avec l’Etat en janvier 2016 pour près d’1,5 millions d’euros de subventions de l’Etat.